dimanche 2 juin 2013

Sans lumière j'ai peur de tomber


Le petit enfant triste, c'est fait. Les rêves ont été passé en long en large et en travers, tout comme mes plaintes et regrets. Ma multipolarité et ma solitude ne sont plus des secrets pour personnes. J'ai l'impression de vous avoir tout dis tout donner. C'est la sensation que j'ai chaque fois que j'écris un article ici. J'ai également la sensation que j'ai en ce moment. D'être vidé. Comme une éponge essorée jusqu'à la dernière goutte. Je me sens en même temps déçu, énervé, triste et surtout coupable. Je pourrais écrire des pages pour  décrire la triste vérité mais je vais plutôt attendre quelques jours que toute la rancoeur que j'éprouve en ce moment s'en soit aller. Dans ce même intervalle de temps, je me serais probablement ré-enfermé dans un un rêve qui me permettra de tenir un an de plus avant d'être à nouveau brisé. Comme un cercle vicieux. Un cercle vicieux dont ma faiblesse m'empêche de me libérer.  
Tout ce dont 'ai eu envie tout au long de cette journée, c'est d'enfin me retrouver seul dans ma chambre et au calme pour pouvoir versé tranquillement quelques larmes. En cet instant précis, étant tranquillement dans ma chambre (enfin). Je ne suis vraiment pas en état pour un débriefing que soit au niveau performance  projet ou psychologie. Je vais tout simplement m'arrêter là. Je voulais juste vous faire part, à chaud, de ma peine. La citation sera certainement bien plus parlante. 

"Au fil des saisons, n'oubli jamais comment j'étais, 
Pour moi, c'est la fin, je suis fatigué
Je ne suis plus rien, rien qu'un coeur blessé.
Rien qu'un soldat, 
qui a livré son ultime combat.
Jusqu'au dernier soupir...
Emmène moi, ou laisse moi mourir."