mardi 5 août 2014

Dying in a hall of fame



Oú étais tu quand ils passaient la soirée ensemble au restaurant ? Ah tu t'entrainais, intéressant... Et eux, quand ils sont allés se doucher ensemble, oú étais tu ?  Ah oui évidemment tu faisais de la muscu...
"C'est ton choix" m'a un jour dit ma mère, "c'est toi qui te fixe sans cesse des objectifs inatteignables". Oui je sais. Je me tue à vouloir monts et merveilles alors que ce que je veux vraiment en ce moment, c'est tout ce que j'ai sacrifié. Mais la réflexion de ce soir porte sur l'intérêt de ces sacrifices. Qu'est ce que j'attends de tout ça. Pourquoi avoir sacrifié des année de vie et de nombreuses expériences en tout genre pour un objectif "inatteignable" qui peut voler en éclat à chaque pas que je fais ? 
Pourquoi sacrifier tout ces petits plaisirs si simples pour marcher en équilibre sur une corde lisse ? Pourquoi se priver de tout ça pour finalement être sa seule barrière ? Pourquoi espérer autant pour finalement avoir peur ? Pourquoi sacrifier autant sans arriver à tout risque jusqu'au bout ? 
Je sature de voir tout ce à côté de quoi je suis passé pour atteindre des objectifs que je suis le seul à saboter. Pourquoi préférer entendre après deux ans horribles que je suis le 68eme meilleur idiot à avoir appris des trucs inutiles plutôt qu'un murmure avant de dormir ?
Pourquoi préférer sentir des litres de transpiration ruisseler sur mon corps témoignant du sulpice que je fais endurer quotidiennement à celui-ci plutôt que des lèvres curieuses s'aventurant sur ce même corps ? 
Pour quelques beaux clichés ? Voilà à quoi j'ai consacré mes 20 dernières années à quelques jolies photos, un numéro sur une liste d'inconnus et une montagne de doute et de regrets. 
Je ne sais pas à quel moment j'ai décidé d'être comme ça. Mais si le choix se présentait à nouveau, je ne suis plus sur d'emprunter la même voie. 

Je relis ce que j'ai écrit, assis sur ce trampo et sous les étoile, seul vous aurez deviné, et j'espère que quand je le relirai demain matin au réveil je me dirai que je me suis trompé en l'écrivant. 

"Standing in a hall of fame"