mercredi 18 août 2010

J'ai Mal


Tu n'avais pas le droit. Pas le droit de venir. Je ne devais plus jamais te voir. C'était le vacances. Et j'étais heureux. En une vision tout a changé. Je ne veux plus je ne peux plus. Je n'ai même plus la force de me battre. Je n'ai plus la force d'écrire. Je déçois tout le monde, je me déçois moi même. Toute l'eau d'un bain brûlant n'a pas su me laver. Toute la froideur d'une nuit n'a pas pu me purifier. Je suis immonde. Affreux. Et tu ne fais que tout me rappeler. Sentir ses jambes se dérober, son coeur s'arrêter, son souffler se couper, et tout son corps hurler de douleur. Tout ça par la simple union d'un regard et d'un sourire ravageurs. Je vous hais. Je me hais. Vous me hanter. J'étouffe. Je souffre. Mon âme hurle à la mort. Mais je sourit et dit que tout va bien. Je mens. Je vous mens. Je me mens. Tu n'a pas idée. Personne ne peut imaginer. Personne. Personne ne peux avoir la moindre idée de toute la douleur qui est enfoui en moi. Mon corps pleure toute l'eau de mon corps. Pourvu que je me déshydrate et que je meure. Pour ne plus vous voir, pour ne plus me voir, pour ne plus mentir, ni à vous, ni à toi, ni à moi, pour ne plus souffrir. Je prends des coups. Des coups invisibles. Des coups inévitables qui me détruisent et me poussent vers le vide. C'est trop de souffrance pour une vie, trop pour une seule personne. Trop. Je suis à bout. Je n'en peux plus. Je suis en pleurs. Et j'ai mal tellement mal. Terriblement mal. Je ne trouve pas de fin à ce que j'écris donc ça va finir comme ça.