vendredi 4 novembre 2016

[ VIDE ]


Voilà voilà...

On me dit souvent que je suis "quelqu'un de bien", mais quand on rajoute un "tu le sais ?" derrière, ben j'ai juste envie de répondre non. J'ai comme l'impression de porter un masque, de ne pas être honnête avec personne, peut être pas même avec moi. C'est comme si j'étais quelqu'un de mauvais qui avait longuement travailler pour apprendre à laisser filtrer uniquement ce que je peux, ce qui est communément accepté pour garder une bonne image aux yeux des gens. Quelqu'un de mauvais (ou du moins bien plus que ce que l'on a tendance à croire) et assez malin pour manipuler et dissimuler ce qui doit l'être, sans être pris. Un joli fruit, moisi à l'intérieur. C'est un peu l'image que j'ai de moi. Quand moi je sais ce que je fais, ce que je pense, ce à quoi je réfléchis, comment je suis capable de me comporter ou même comment je fonctionne, je ne peux pas comprendre que j'arrive à cacher tout ça. Le fait que je sois capable de le cacher rajoute déjà un peu de pourri à ma personne, mais j'ai l'impression que c'est tellement gros... Je dois être devenu un maitre dans l'art du camouflage. "C'est impressionnant, tu pourrais venir de gagner les europes ou de perdre ta mère, j'ai l'impression que t'as toujours la même expression et que tu ne laisse jamais rien paraître. On sait jamais ce que tu penses"  m'a - t - on dit. C'est un peu exagérer, il y a des choses que je laisse paraitre. Mais ça confirme que j'ai une capacité à dissimuler les choses assez... développée dirons - nous. Je me demande même si même ici, où je suis sensé tout dire comme je le pense, je ne filtre pas un peu, sachant qu'on me lit. J'ai l'impression que je me cache, que je fais ce qu'on attend de moi, que je dis oui en pensant non, parce que ça me rendra "meilleur" de dire oui. J'ai l'impression de feindre des choses pour me rendre un peu plus humain et comme tout le monde. Parfois même, je me demande si je ne simule pas des émotions pour faire croire que j'en ai autant qu'une personne normale. J'ai des émotions, je ne vais pas dire que je n'en ai pas, ce ne serait pas crédible (hors le but est qu'on me croit n'oubliez pas que je suis habile...). J'en ai, mais en grande majorité, pas les même que tout le monde. Parfois absentes, parfois inadaptées, parfois démesurées. Les plus malins diront qu'il n'y a pas de normes, mais je me sens trop souvent en dehors de l'éventail des émotions que pourraient suggérer une situation. Et souvent je me pose une question. Je me demande ce qu'il en serait si les gens savaient. S'ils savaient tout. Je ne suis pas sûr d'être toujours "vraiment super".

Aujourd'hui on m'a envoyé une chanson dont les paroles avaient "un lien assez évident" avec moi. Petit extrait pour mieux comprendre (non après réflexion, pas d'extrait, l'intégrale sera mieux).

Bien, hormis l'intelligence physique du chanteur, le rythme entrainant et le clip plein de danse et de paillette que je vous conseille, que peut on en dire. Eh bien apparement je serais "de la foudre en bouteille" qui "éblouit". J'apprécie, vraiment (enfin je crois). Mais encore une fois, je ne vois pas en quoi je me distingue (et surtout pas en bien) de tout le reste du monde. J'ai du mal à y croire, du mal à m'en convaincre. Qu'ai - je de si précieux ou de si exceptionnel pour qu'on me compare à de la foudre en bouteille ? J'ai beau chercher je ne vois pas. J'ai tellement toujours chercher à pouvoir mériter ça que j'ai l'impression de être construit une carapace qui mérite peut être tout le bien qu'on en dit, mais de plus en plus, j'ai l'impression que cette coque correspond pas. 

Peut être que je devrais me libérer, exploser et tout laisser de côté, pour briller. Mais c'est plus possible aujourd'hui. J'ai scellé moi même la bouteille, j'ai troqué mon éclat contre un meilleur reflet social, encore du paraitre et du travail de mon image. Et maintenant je suis plus vide que jamais. Tout ça m'a transformé, je ne suis plus le même. Et je réalise jour après jour à quel point. J'ai perdu ma plussoyance. J'ai perdu mon éclat. J'ai perdu qui j'étais. J'ai perdu l'espoir, la passion et le rêve. J'ai gagné le travail, la connaissance et la pression. Pression que je vis très mal, de manière extrême, comme tout ce que je fais maintenant. Je me rends compte que j'ai tellement sacrifier et perdu que je n'ai pas le droit d'échouer. Je m'auto pressurise la tête. Je pense qu'au fil des années, je me suis peu à peu empêcher ne serait ce que de penser à m'amuser, à profiter de la vie. La moindre envie est devenu culpabilisante, le moindre instant de rêverie une perte de temps, la moindre sortie une place en moins sur les classements qui me suivront toute ma vie. A tel point que j'en suis aujourd'hui au point de ne plus avoir envie de rien. Forcément, à force de refouler toutes les envies, à quoi bon en avoir ? Je me sens vidé de tout ce qui faisait de moi ce que j'étais. Je me sens coupable de ce que je suis devenu. 

Aujourd'hui je suis vide. Et quand je m'autorise une pause, un petit échappatoire, je m'accroche à lui comme à une bouée de sauvetage. Ce petit extra prends une ampleur considérable, incontrôlée, inadaptée, démesurée. Pendant quelques temps je ne vis que pour ça, que pour ce petit brin de liberté. Puis je me rend compte que c'est juste une douce illusion et que je ne peux me le permettre. Alors je sens tous mes fantasmes partir en fumée et je m'enferme à nouveau dans mon quotidien rythmé par une seule chose : le devoir de réussir. Rajoutez à ça un sentiment de solitude, alimenté par de récents évènements. Et vous aurez une idée de ce qui me tourne en tête en ce moment. Je suis seul, vide de toute émotion positive et plein de rancoeur voire de dégout de moi même. Enjoy. 

Dans les moments comme ça, ma pire ennemie est la musique. "Ah bon, mais pourtant elle est pas triste celle là ...?" Non, en effet "I'm free to be the greatest hère tonight, I'm free to be the greatest I'm alive" c'est absolument pas triste. Sauf que c'était ma mentalité il y a des années. Et aujourd'hui j'ai perdu ça, j'ai perdu cette envie qui me prenait au tripes et qui faisait que malgré le fait que c'était pas raisonnable, je fonçais quand même. Et encore plus étonnant, souvent je réussissais. Aujourd'hui c'est du passé et quand j'écoute des chanson comme ça, la sensation de liberté qu'elle m'offrait résonne à présent comme un lointain souvenir douloureux. 

Je n'avais pas écris autant depuis un long moment et je pensais écrire encore davantage mais j'ai été coupé et je n'arrive pas à m'y remettre. Ca suffira pour ce soir. 

Moi

"I can show a smile and say I'm happy
But there has got to be a better way"