vendredi 20 janvier 2017

Non pas le temps pour un titre, j'ai sommeil.







Pas le temps non plus pour une image. 






J'attends devant cette page depuis plusieurs minutes. En écoutant la musique. Toujours en écrivant. Sauf que c'est trop compliqué. Je me demande ce que j'ai envie de partager ce soir. Ma déception ? Mes réflexions sur tout ceci ? Mon impression que tout s'effondre tout le temps ?

Ce qui est bien avec moi, c'est qu'à chaque fois que je prends une patate dans la gueule je recommence. Je rejoue. Et je reperds. Mais je recommence encore. "I'll kepp gettin'' up when I hit the ground". Et j'aime ça chez moi. Vraiment mais je me demande si c'est moi qui ait raison. Si des fois il ne vaudrait mieux pas tout envoyer balader, dire que les choses ne changeront jamais et qu'il vaut mieux se laisser vivre tranquillement. J'ai peur de fatiguer. J'ai peur de ne plus réussir à y croire. " If I surrender if I lay my arms down am I a fighter ? cause I've been fighting so long baby".

J'aime la partie de moi qui continue. Je crois que c'est ce que je préfère chez moi, et j'ai peur de la perdre aussi. Ce que je déteste c'est d'être incapable de ressentir quoi que ce soit pour des choses ou des gens qui ont du sens et de l'importance et pourtant m'attarder ou me mettre dans des états pas possible pour des choses qui n'en valent pas la peine. Et je le sais au fond de moi. Dans les deux cas. Mais j'arrive pas à comprendre comment je peux être aussi insensible face à la mort, à quelqu'un que je blesse, à la tristesse à laquelle j'ai déjà fait face plusieurs fois sans la moindre empathie tout en étant anéanti quand quelqu'un dont je suis incapable de retenir le nom sans le noter refuse de me voir.

Il est un peut tard alors je ne vais pas rentrer dans les détails, mais plus je réfléchis (oui je sais je devrais pas) plus j'ai une image en tête. J'avais déjà évoquer l'image des "piliers" qui faisaient que je pouvais tenir debout. J'ai aussi déjà dit que j'avais l'impression que tout m'échapper. C'était plus comme un débordement qui s'évacue et fuit de toutes parts. Là, plus je réfléchis et plus j'ai l'impression que je perds mes piliers un à un. C'est comme si les fondations même de l'édifice lâchaient. Ca se voit pas parce qu'au dessus, l'édifice reste identique, il s'effondre juste sur lui-même. Un peu comme les tous jumelles... Je suis une tour qui s'effondre. Mais moi je suis tout seul j'ai ni jumelle ni rien d'autre.


"I'm your only friend, said his shadow."