jeudi 3 février 2011

I'm on the wrong way

If you are different,
if you are in the wrong way too,
raise your hands.
I don't have a lot of time. But too much to say. That's why I vais continuer en français. Cela fait bien trop longtemps que je n'ai pas écrit. Je ne vous ai pas dévoiler mon jardin secret. Mais de toute façon qui cela intéresse - t - il ? Non ne répondez pas s'il vous plaît...
Je sombre. Je le sens bien. je me rend malade, je glisse inexorablement contre les parois d'un puits sans fond. Je rencontre quelques fois une petite branche verte qui s'est fait un passage entre les pierre dures et froide, mais cette petite plante ne résiste jamais bien longtemps. Alors je tombe encore. Et pendant que mon corps chute, mon esprit tourne. A plein régime. Je réfléchis sans cesse sans trouver de réponse ni de solution. Alors j'encaisse tout les coups à mesure que je descends...
Je ne demande pourtant pas la lune.
Peut être remarque... Je pense avoir plus de chance d'attraper la lune au creux de ma main.
Je voudrais partir. Là où tout n'est qu'ordre et beauté, luxe calme et volupté.
Mon enfant, mon coeur, songe à la douceur, d'aller là bas vivre ensemble. Aimer à loisir. Aimer à mourir. Au pays qui te ressemble. Les soleil mouillés de ces ciels brouillés, par mon esprit ont les charmes si mystérieux de tes traîtres yeux, brillant à travers leurs larmes. Là où tout n'est qu'ordre et beauté, luxe, calme et volupté. Des meubles luisants, polis par les ans, décoreraient notre chambre. Les plus rares fleurs, mêlant leurs ôdeurs aux vagues senteur de l'ambre. les riches plafonds, les miroirs profonds, la splendeur orientale, tout y parlerais, à l'âme en secret, sa douche langue natale. Là où tout n'est qu'ordre et beauté, luxe, calme et volupté. Vois sur ces canaux, dormir ces vaisseaux dont l'humeur est vagabonde. C'est pour assouvir tes moindre désirs, qu'ils viennent du bout du monde. les soleils couchants revêtent les champs, les canaux, la ville entière, d'hyacinthes et d'or. le monde s'endort dans une chaude lumière. là où tout n'est qu'ordre et beauté, luxe, calme et volupté.
Je veux partir là bas. Avec toi. Mais je ne peux pas.
Et si de l'obtenir je n'emporte le prix,
J'aurais au moins l'honneur de l'avoir entreprit