dimanche 27 février 2011

Espérer sans espoir

J'y croyais pas vraiment. Coup de théâtre. Je me suis retrouvé noyé dans l'espoir en sachant que la chute serait rude mais je ne pouvais me défaire de cet espérance qui coulait dans mes veines. Second coup de théâtre. Tout s'est écrouler. Le petit nid de coton où je me lovait s'est refermé sur moi pour m'étouffer. La flamme qui réchauffait enfin mon âme s'est embrasé pour laisser mon coeur dans un brasier. L'espoir qui me faisait relever la tête s'est abattu sur moi comme la lame d'une guillotine. Tout s'est écrouler plus rien ne pouvais changer.
Quelques jours après je retrouvais mes esprits. Ou plutôt ce qu'il en restait. Un élan de courage m'a permit de t'ouvrir mon coeur. Tu as ôtais le coton qu'il restait dans mon cocon, tu as soufflé sur la flamme qui se battait pour survivre en moi, tu m'as ôte tout espoir. Est - ce que je vais bien ? Je ne sais pas. Est - ce que je vais mieux ? Je ne saurais répondre. Je suppose que oui. Je pense que seul reste le regret et la tristesse. Mais ce n'est probablement à la hauteur de la douleur que je ressentais avant. Ou alors c'est que je n'ai pas encore retrouvé mes esprit. Je ne suis plus vraiment là. Je ne sais pas où je suis. Je suis perdu. Perdu dans ma tête et dans mes sentiments. En tout cas je continue d' espérer. Sans coton, sans flamme, et même sans espoir, je continue de charmer l'espérance.
Qu'est ce que l'espoir ? La force qui nous pousse à avancer ? "L'espoir fait vivre". Je ne sais pas j'aurais plutôt dis qu'espérer tue.
Je ne sais plus ou j'en suis. Je ne sais plus, je ne sais plus rien. je vais attendre. Attendre, en espérant sans espoir.
Moi
PS : nouveau poème dans " écrit et tais toi "