lundi 25 novembre 2013

Psychanalyse.



Il parait que j'arrive à me cerner. Que j'arrive à bien m'auto analyser. Si j'arrivais à analyser les autres, ça serait bien plus pratique.
Analysons moi donc. Ce qui est indéniable, c'est que je m'enflamme. J'ai même pas le temps de le dire que pouf, je suis déjà cramé. Je suis impatient. J'ai hâte. J'ai tellement attendu que je veux pas perdre une fois de plus. Mais Rôme ne s'est pas construite en un jour (je la verrais quand cette merveille ? Dans trois ans ?). Je n'en ai aucune idée. Je peux travailler, apprendre patienter un peu. Mais qu'est ce qu'on appelle attendre ? Où est la limite entre une attente compréhensible et une attente qui ne mènera plus à rien ?
Je ne fais que changé d'avis et je n'arrive plus à me suivre moi même.  Je suis pire qu'une fille (ce qui est déjà dur à suivre) qui arrête de fumer. A un moment je suis euphorique sur mon petit nuage et la minute d'après j'ai l'impression de m'être une nouvelle fois lamentablement vautré. Puis un message et me revoilà au Nirvana. Quelques heures, un mot mal interprété (ou peut être pas d'ailleurs) et me voici à nouveau au fond du trou. Et ainsi de suite tout au long de la journée.
J'ai envie de savoir. Envie de comprendre. Je répète que je serais prêt à t'attendre. J'aimerais juste savoir ce que toi tu attends. Je ne veux pas demander, je veux pas paraître brusque. Mais si ton jumeau maléfique ne se manifestait pas si souvent et que tes réponses tendaient toujours vers le même point, je pense que les choses seraient probablement plus simple. Je ne sais pas si je dois te laisser le temps de venir vers moi de toi - même au risque de te laisser t'éloigner ou si je dois tout tenter pour ne pas te laisser disparaître dans mes souvenirs au risque d'être trop insistant.
Je sais pas comment gérer tout ça. On me dit de rester calme et de voir comment les choses tournent. Mais entre nous qui peut le faire ? Qui arrive à rester calme et à attendre ? Surtout pas moi en tout cas ... Je voudrais hein, je ne demande que ça. C'est peut être ce qu'il fait et si c'est le cas, je le déteste autant que je l'admire.
Je le déteste où je l'admire ? Faudrait savoir...? Teh, encore un bel exemple de bipolarité. Non évidemment je ne le déteste pas. Je le trouve attachant. (Attention, vu la tournure de l'analyse, je dois prendre garde aux adjectifs employés ici...). Oui, attachant c'est un bon début. Intéressant aussi. Contrairement aux autres fois, je ne dirais pas parfait. Non pas parce que la perfection n'existe pas (moi je suis sur que si), mais juste parce que ce n'est pas ce qu'il m'évoque. J'ai envie d'en savoir plus, d'apprendre à le connaitre. Pour une fois fois aussi, je sais ce que je veux... C'est rare.

Je pense avoir fait une bon travail pour cette première séance. Mais au vues des événements de la soirée, d'autres seront certainement nécessaire.
Moi.

" Cause this love is getting dangerous, 
but I need some more tonight"