vendredi 20 mai 2011

Bonne et mauvaise conscience

Tu l'aimes, plus que tout.
Tu veux le prendre dans tes bras et
savoir que demain, tu te réveilleras
à ses côtés.
Il ne t'aime pas ! Et il ne le fera
jamais ! Tu as tord. Laisse - le
partir, oublie - le. Et profite de la vie.
Mon petit démon, tu oublie l'Amour.
Je ne peux pas l'oublier, je ne veux pas
l'oublier. Il est et restera le premier.
Le seul, l'unique.
Il y en aura pleins d'autres, et plus vite
tu l'auras compris, mieux tu te porteras
Il t'ignore, il t'a probablement déjà
oublier, il ne connaît plus ton nom ni ton
visage. C'est juste un fardeau.
C'est toi qui a tord. Il est beaucoup
plus que ça. Il m'a ouvert les yeux et
le coeur.
Il est le fardeau qui fait sombrer ta
montgolfière.
Il est la flamme qui la fait voler.
Coupe les câbles de ce poids mort !
Laisse - le s'écraser au sol !
Non, ravive sa flamme pour aller plus
loin, plus haut.
Et le roi alors, mon petit ange, qu'en
fais - tu ? Par dessus bord ?
Je...
Eh bien oui ! C'est cela ! Tu n'obtiendras
jamais rien. Abandonne. Capitule. Il faut
savoir laisser gagner l'adversaire quand la
victoire n'en vaut pas le coup.
Elle la vaut ! Largement !
Qu'en sais - tu ?
On l'ai rêvé. On l'ai vécu. Plusieurs nuits,
plusieurs jours. Et je suis sur d'une chose.
Laquelle ?
On l'aime. Nous trois. Même toi, aussi
cruel et démoniaque sois - tu. Tu ne peux
qu'envier son pouvoir sombre d'addiction,
et ses charmes envoûtants.
Jaloux, voilà la meilleure.
Oublies - le.
Ne l'oublie pas.
Détruis - le.
Reviens vers lui.
Écrase - le.
Admire - le.
Tue - le !
Aime - le.
PFFFFF
PFFFFF
Me voilà bien avancé.
Merci, mes consciences...